Paroisse de Bouillon

Paroisse de Bouillon
Bouillon

Églises paroissiales région de Bouillon

Plus d'informations

Recommandations covid-19 (juin 2022)

Diocèse de Namur

Chers diocésains,

Plusieurs personnes ont interpellé les responsables diocésains sur les mesures sanitaires liées à la pandémie du coronavirus. Les vicaires généraux des quatre diocèses francophones ont transmis cette interpellation à la Conférence épiscopale. Il en résulte que les protocoles ne sont plus d'application, comme dans l'ensemble de la société belge (hormis quelques rares exceptions : pharmacies, hôpitaux...), mais qu'il convient de demeurer prudent.

Aussi a-t-il paru opportun de traduire cette prudence en quelques recommandations :
1. Il est bon de garder à l'entrée des églises du gel hydroalcoolique disponible pour les fidèles.
2. L’usage de la pale sur les coupes et les patènes reste conseillé ; le célébrant et les personnes qui distribuent la communion veilleront aussi à se désinfecter les mains au gel hydroalcoolique.
3. Les concélébrants communieront au Saint Sang par intinction.
4. Lors des funérailles, la vénération de la croix ou de la patène (dite 'offrande') se fera sans contact de la main ou de la bouche.

D'autres mesures de prudence peuvent s'ajouter à celles-ci ; de manière plus générale, il est sage d'éviter les contacts physiques inutiles. Je remercie tous les acteurs de la liturgie de garder le souci des personnes les plus fragiles de nos communautés : ces recommandations veulent nous y aider. Et je souhaite à chacun(e) de pouvoir prendre un temps de repos et de ressourcement régénérant pendant ces mois d’été.

Bien cordialement,

Joël Rochette, vicaire général

 

 

SOS UKRAINE

Les évêques de Belgique sont profondément marqués par le vécu des Ukrainiens, ils invitent
les chrétiens à exprimer de différentes manières, leur solidarité avec le peuple Ukrainien.
D’abord, par le biais de Caritas, ONG mandatée par les évêques. Cela permet à la fois une
professionnalisation de l’aide et une structure financière sûre. Caritas est membre du Consortium
12-12.
Soutien par Caritas
Le personnel et les volontaires de Caritas Ukraine fournissent diverses formes d'aide
humanitaire. Ils fournissent de la nourriture et de l’aide médicale, organisent des secours
psychologiques et mettent en place des "abris" où les victimes peuvent obtenir une protection.
Les dons sont les bienvenus au BE88 0000 0000 4141 avec la référence "4150 Ukraine".
Info : caritasinternational.be. Les dons donnent lieu à déduction fiscale.

 

Comment concilier vacances et vie de prière ?


Le Vacare Deo, c’est-à-dire « vaquer à Dieu », des moines du Moyen Âge, a donné notre mot « vacances », et cela parce que la prière est essentiellement reposante : « On trouve l’oraison aisée quand on la regarde non comme un exercice fatigant, comme un travail d’esprit, mais plutôt comme
un divertissement agréable », nous dit le grand jésuite Surin au XVIIe siècle, d’accord avec saint François de Sales pour qui « la vie dévote est une vie douce, heureuse et aimable ». Bref, l’homme qui prie est en vacances toute l’année.
Reste que, chrétiens ou non, les congés payés bouleversent durant quelques semaines nos habitudes et nos horaires, laissant une grande
part à l’improvisation. Comment rester fidèles au Vacare Deo dans ces conditions ?

Voici quelques repères.
On prie comme on vit, et l’on vit comme on prie, durant les congés comme durant le reste de l’année. Se détendre fait partie de la volonté de Dieu. Cela suppose de ne pas trop regarder l’horloge ni le porte-monnaie, sans pour autant vivre n’importe comment : « Si tu aspires à prier, ne fais rien de ce qui est incompatible avec la prière, afin que Dieu s’approche et fasse route avec toi » (Évagre, IVe s.). Comment prier si les vacances consistent à s’abrutir de jeux vidéo, boire entre copains jusqu’à 2 h du matin ou se contenter de faire le beau sur la plage ?
Le temps des vacances est celui des découvertes et, dans un pays comme le nôtre, celles des trésors de notre foi et de notre tradition chrétienne. On peut visiter une cathédrale ou une abbaye en touriste ; le chrétien sait qu’il y est chez lui à un autre titre, et, qu’au-delà de la curiosité ou même de l’intérêt esthétique, le lieu est habité par Quelqu’un qui se révèle à travers des pierres ou des vitraux qui appartiennent au langage de sa foi. Visiter une église dans cette intention devient un pèlerinage, une écoute de la parole de Dieu. Tout un programme de formation chrétienne est ici parfaitement compatible avec d’excellentes vacances.
La gaieté des retrouvailles familiales rend souvent difficile le minimum d’isolement nécessaire au recueillement. Lorsque l’on est habitué à une prière régulière, il y a là un vrai sacrifice, mais qui est encore « quitter Dieu pour Dieu », dirait saint Vincent de Paul : c’est encore Jésus qui entre dans votre chambre quand le petit neveu débarque au moment où la maisonnée allait s’endormir et où vous pensiez pouvoir enfin faire oraison. Il est vrai aussi qu’une prière sérieuse suppose des moments où l’on vous laissera tranquille, et que le plus simple pourcela est en général de vous lever avant tout le
monde ! Eh oui, le chrétien doit faire des choix !
Enfin, le recul des vacances est propice à une mise au point de nos choix chrétiens pour le reste de l’année. Pourquoi ne pas prendre quelques jours de retraite dans un lieu de silence et de recueillement, pour voir où nous en sommes de notre baptême, et prendre quelques décisions qui installeront solidement le Seigneur au cœur de la vie familiale ou professionnelle ?

Père Max Huot de Longchamp
 

image pub
image pub 2


image panoraique 2 likePartager
admin