Paroisse de Bouillon

Messes et infos

Info-Covid 24 juillet 2021

Cultes et cérémonies
Les mariages civils, les funérailles et crémations, l’exercice individuel et collectif du culte et l'exercice individuel et collectif de l'assistance morale non confessionnelle et des activités au sein d'une association philosophique-non-confessionnelle, la visite individuelle ou collective d’un bâtiment de culte ou d’un bâtiment destiné à l'exercice public de l'assistance morale non confessionnelle sont autorisés en intérieur pour un maximum de 200 personnes et de 400 en extérieur, les enfants jusqu’à l’âge de douze ans accomplis non compris. Le nombre de 400 personnes s'applique aussi pour une visite au cimetière dans le cadre de funérailles.
De plus grands nombres sont possibles après autorisation préalable des autorités communales compétentes et en application du CIRM/CERM.

Merci pour votre compréhension et collaboration.

 

Messes pour nos défunts et pour des intentions particulières

renseignements utiles pour les recommandations et les demandes d’intentions de messe.

Merci d’en prendre bonne note.

Offrir une intention de messe

Vous souhaitez faire célébrer une messe pour un défunt ou une intention particulière ?

Pour ce faire, vous pouvez :

- Téléphoner au secrétariat du secteur de Bouillon au

0032 61 28 75 03

- Ecrire à l'adresse mail :

paroissebouillon@gmail.com

- Passer au secrétariat à Rue de brutz n°1; 6830 Bouillon

INTENTIONS DE MESSES DU MOIS A DEMANDER AU PLUS TARD POUR LE 15 DU MOIS QUI PRÉCÈDE

Pour toute question ou renseignement, veuillez appeler le 0032 477 58 72 32 ou envoyer un e-mail à l'adresse mariateresasilvestri74@gmail.com

 

Les intentions de messes

Qu’est-ce que signifie de faire « dire des messes » à telle ou telle intention, en particulier pour les défunts ?

La messe qui a une valeur universelle peut être célébrée pour des intentions particulières. Cela signifie que des personnes, par exemple, peuvent demander de prier à l'occasion de messes de 30ème, de 1er anniversaire ou autres messes célébrées à l’intention des défunts, afin que la communauté porte auprès du Seigneur certaines intentions durant une célébration eucharistique. C’est une manière de rendre présente la mémoire de celles et ceux qui se sont endormis dans l’espérance de la résurrection. Ainsi que prier à une intention particulière, c’est demander à Dieu d’aider telle ou telle personne à passer un moment difficile – maladie, échec, difficultés familiales, etc – ou également de remercier le Seigneur pour lui montrer notre reconnaissance. D’ailleurs, le mot « eucharistie » signifie « rendre grâce pour ce qui est bon ».

L’ offrande de messe est fixé à 7 Euros sur le compte bancaire BE 93 0017 0878 7867.

Elle est remise au prêtre qui célèbre pour lui permettre d’aider les personnes en difficultés de sa connaissance ou pour soutenir une œuvre caritative et ou missionaire auprès des Congrégations religieuses etc.

 

Pèlerinage à Lourdes : 8-14 septembre

Pèlerinage à Lourdes

L’agence Poncin-Clébant organise un pèlerinage à Lourdes sur le pas de Bernadette du 8 au 14 septembre.

Le pèlerinage sera accompagné par l’abbé Santiago

Pour avoir plus d’information veuillez contacter l’agence (061/46 62 13).

Semaine de prière pour les vocations

Voici pour vous, Chères lectrices, Chers lecteurs,

 

Une jolie histoire de vocation....

Article écrit par Véronique Paquay, assistante paroissiale dans le doyenné de Gedinne, qui voit comme protagonistes "Le Christ de Frahan" et le Père Jean Marie Denis, originaire du village et décédé en 2016.

Merci beaucoup à Véronique pour cette belle initiative qui nous a permis de redécouvrir la richesse et la beauté de nos villages...

Et encore un grand merci à Monsieur Jean-Marie Henry de Frahan (pour les infos et la photo de 1970) et l'abbé Krzysztof Brzostowsky, vicaire du secteur de Bouillon pour les photos actuelles du crucifix.

source: notredamedes3vallees.com

Dans ce blog, il y a longtemps, j’avais publié une prière « Je n’ai plus d’autres bras que les tiens ».  Pour illustrer cet article, j’avais choisi sur internet un cliché d’un Christ sans bras dont je ne connaissais pas l’origine. Il y a quelques semaines, une lectrice assidue du blog a demandé des renseignements sur ce Christ. Cela m’a directement rappelé le Christ sans bras de l’église de Frahan, qui avait suscité la vocation (cfr texte tout en bas de cet article) de prêtre du Père Jean Marie Denis, originaire du village et

décédé en 2016.  Et je me suis demandé si ce Christ dont l’histoire globale me touchait beaucoup existait encore. Avec le concours de plusieurs personnes, l’enquête a donc commencé … et voici les infos récoltées : la statue est actuellement sur le grand autel dans l’église du village, elle a été réparée dans les années 1960, on voit sur la photo  en noir et blanc (cfr cliché noir et blanc en tête de cet article) qui date de 1970  que les bras sont différents. La statue est en chêne sculpté et mesure 66 cm ; le sculpteur est inconnu, la date est 1601-1700. Le crucifix a bien été volé comme l’explique le Père Jean Marie dans le texte ci-dessous et retrouvé ; c’est à ce moment là qu’on a modifié les bras. L’église de Frahan était bien dédiée à Saint Matthieu pour ensuite devenir l’église de l’Assomption de Notre Dame. 

Les mains du Christ

+ Je suis né dans le petit village de Frahan- sur-Semois. Ma maison se situait près de l’égli­se. Dans cette église, il y avait un très beau cru­cifix datant sans doute du 17ème siècle.

Tout le monde l’appelait : Notre Vieux Bon Dieu I * Je le vois encore, comme si c’était hier, accroché au mur près de l’autel latéral dédié à saint Matthieu, le patron de la paroisse.

Il était sculpté dans du bois de chêne et mesurait un bon mètre de haut.

J’étais frappé par le regard du Christ en croix, regard rempli de douceur.

Il avait une particularité : les bras du Christ avaient disparu au cours des temps.

Ce détail me faisait peur et attirait tou­jours mon regard.

+ Au moment de ma profession de foi, mon vieux curé qui était un homme au visage rude, m’a fait un cadeau que je n’ai jamais oublié.

Il connaissait bien mon attirance pour le Christ sans bras et ma tristesse de le voir ainsi, il me dit simplement à l’oreille :

– Tu sais, Jean, tu peux être les mains de Jésus !

Cette parole s’est imprimée d’un coup au plus profond de moi et elle a été comme un appel qui a guidé le choix de ma vie !

+ J’ai choisi de devenir religieux – pour être proche du Seigneur – et de devenir prêtre – pour me mettre à son service.

+ Quand j’ai été ordonné prêtre, tout le village avait préparé une fête à l’occasion de la première messe que je célébrerais dans l’église Saint Matthieu.

Pour la circonstance, un artisan avait construit un nouvel autel. Et au-dessus de l’autel, Notre Vieux Bon Dieu avait été attaché. Son doux regard attirait les chré­tiens qui venaient se réunir.

Vous devinez ma joie lorsque j’ai ouvert mes bras pour inviter tout le monde à la prière, en disant :

– Le Seigneur soit avec vous !

+ Quelques années après, j’ai eu la peine d’apprendre que Notre Vieux Bon Dieu avait été volé pour devenir une antiquité. J’ai eu vraiment de la peine mais la parole de mon vieux curé au visage rude m’est revenue clairement à la mémoire :

– Tu sais, Jean, tu peux être les mains de Jésus I

+ Cela va faire 35 ans que je suis prêtre. J’ai eu la joie d’être professeur pour des 13-14 ans. Que de fois, j’ai écrit au ta­bleau pour aider à comprendre que le Seigneur est toujours vivant auprès de nous !

+ Ces dernières années, j’anime un grou­pe d’élèves qui veulent prier ensemble, par­tager la Parole du Seigneur, donner de la joie autour d’eux. Que de fois, j’ai étendu les bras pour animer la prière commune !

+ Depuis 4 ans, je voyage dans le monde pour retrouver mes frères religieux.

Chaque année, je vais en Colombie pour rencontrer 1.500 jeunes qui vivent dans un collège appelé Mi Casa (Ma Maison).

Beaucoup d’entre eux sont, comme on dit là-bas, des enfants des rues qui ont dû se débrouiller pour se nourrir et survivre. Maintenant, ils sont accueillis, apprennent à se servir de leurs deux mains.

J’aime ces jeunes qui veulent s’en sortir. Et lorsque je rentre de Colombie, j’ai plus de courage encore pour prendre en main mon téléphone, pour prendre la volant de la voiture, pour écrire des lettres afin de trouver l’argent nécessaire pour qu’ils aient à manger tous les jours I

+ Et il m’arrive très souvent, de dire :

  • Seigneur, oui, je suis tes mains ! Don­ne-moi ton souffle !

Merci à tous ceux qui ont permis de remonter l’histoire de cette statue et du Père Jean-Marie : Monsieur Jean-Marie Henry de Frahan (pour les infos et la photo de 1970) contacté par Madame Maria Teresa Silvestri, assistante paroissiale dans le secteur de Bouillon, l’abbé Krzysztof Brzostowsky, vicaire du secteur de Bouillon pour les photos actuelles du crucifix, Madame Hélène Cambier, Attachée au Service Patrimoine du Diocèse de Namur et Conservatrice du Trésor de la Cathédrale et Musée diocésain de Namur pour toutes les infos historiques et les photos de 1944.

Veronique Paquay

L'opération ''Donnons tout son sens à la Vie'' a connu un beau succès à l’occasion de la fête de Pâques.

« Dans le contexte actuel, il est de plus en plus évident que chacun, croyant ou pas, a besoin d’un message d’espoir. Notre Église diocésaine a souhaité partager son espérance. L’évêché a fait réaliser des bannières, placées sur diverses églises du diocèse , avec le message:

''Donnons tout son sens à la Vie''. Le dimanche de Pâques, une brève animation a été proposée sur les places, parvis et ce, bien sûr, dans le respect des normes sanitaires. Un très beau texte écrit par Philippe Vauchel a été lu dans les différents lieux de nos doyennés du diocèse.

C'était lors d’une réunion qui a rassemblé autour de l’évêque, les membres du conseil épiscopal et les doyens principaux qui la décision a été prise: profiter de ce temps pascal pour envoyer un message d’espérance. Un message touchant les croyants comme ceux qui ont pris de la distance avec l’Église en déployant une bannière. Le message: « Donnons tout son sens à la Vie » et quatre hashtags ( # spiritualité, # relations, # culture et # santé) ».

diocesedenamur.be

Voici ci-bas le message d’espérance de notre évêque Mgr Pierre Warin, adressé à tous les fidèles de notre diocèse de Namur à l'occasion de fête de Pâques et autour de l'action symbolique «  Donnons tout son sens à la vie ».

Chers diocésains,

À l’entame de cette semaine sainte, alors que le regard se porte vers Pâques,

nous voudrions vous exhorter à l’espérance.

Il est de notre mission chrétienne et d’une urgence toute particulière en ce temps de pandémie, d’être ferment de cette espérance pour le monde.

« Soyez prêts à tout moment (…) de rendre raison de l’espérance qui est en vous. » 1P3,15

C’est pourquoi, nous vous invitons :

À cultiver l’espérance en mettant au cœur de nos préoccupations le bien de l’être humain

considéré dans toutes ses dimensions.

À cultiver l’espérance en refusant les enfermements de la peur et des discours anxiogènes.

À cultiver l’espérance en regardant l’avenir à bâtir ensemble convaincu qu’il est riche

de promesses.

À cultiver l’espérance en vivant la solidarité au quotidien, antidote efficace contre le repli

sur soi et la solitude.

À cultiver l’espérance en rivalisant d’attention les uns pour les autres.

À cultiver l’espérance parce que la Vie triomphe toujours de la mort.

Dans cet esprit, les doyens principaux se joignent à nous pour inviter toutes les communautés chrétiennes du diocèse à proposer autour d’elles une action symbolique sur le thème "Donnons tout son sens à la Vie".

Concrètement, le dimanche de Pâques, les cloches sonneront à 12h30 (…) Une bannière sera installée sur plus de 150 églises du diocèse rappelant le thème : "Donnons tout son sens à la Vie" et le déclinant dans les domaines de la santé, de la culture, des relations et de la spiritualité, tous essentiels à la vie humaine.

Nous vous invitons à vous mobiliser joyeusement pour faire résonner l’heureuse nouvelle de la Résurrection et ainsi apporter un encouragement puissant à espérer contre toute espérance. Nous vous souhaitons une

fervente semaine sainte et une lumineuse fête de Pâques, fête de la Vie par excellence.

+Pierre WARIN, évêque de Namur

Chemin de Lumière

Vivre le temps Pascal avec « un chemin de Lumière »

Le Directoire sur la pitié populaire et la liturgie nous invite pour le temps pascal à vivre une Via lucis, un Chemin de Lumière. C'est un parcours qui dans la prière nous fait passer par les différentes apparitions du Christ ressuscité, du matin de Pâques à la Pentecôte (Directoire sur la pitié populaire et la liturgie, page 127 et 128).

Le Chemin de Lumière est un exercice de piété que l’on associera plus particulièrement au dimanche, jour de la résurrection.

Dans ce temps de restriction sanitaire, on pourra faire un chemin de prière, une Via Lucis dans nos communautés en petit groupe ou chez nous individuellement ou pourquoi pas en famille, par exemple, chaque dimanche du temps pascal.

Tout comme le Chemin de Croix, ce Chemin de lumière comporte quatorze stations.

Voici ci-joint une préposition de Chemin de Lumière proposée l'année 2020 par l'Église catholique d’Alsace.

VIVRE UN CHEMIN DE LUMIERE

LES DIMANCHES DU TEMPS PASCAL « en temps du Coronavirus .»

Se rassembler

Se réunir dans l'église ou en famille, par exemple autour de la table de la salle à manger.

Prévoir la personne qui guidera la prière, et des lecteurs.

Dans l'église on placera le cierge pascal et sur l'autel une bougie allumée ou sur la table de la maison la croix fleurie, l’eau et la bougie allumée, ainsi qu’une Bible.

On prévoira des lumignons qui seront allumés au cours de la célébration.

Guide : Le Christ est vraiment ressuscité, Alleluia !

Tous : Le Christ est vraiment ressuscité, Alleluia !

Guide : Dans joie de Pâques, nous continuons à nous réunir,

pour être nourris être nourris de la Parole de Dieu et le prier.

Dans la joie de Pâques, nous n’oublions pas tous ceux qui sont touchés par le coronavirus, et ceux qui ceux qui travaillent pour que la vie continue malgré tout.

Au nom du Père, et du Fils et du Saint Esprit.

AMEN

On chante : Alléluia ! Proclamez que le Seigneur est bon !

Proclamez que le Seigneur est bon, Éternel est son amour ! Que le dise la maison d’lsraël, Éternel est son amour !

R. Alléluia, alléluia, alléluia. (bis)

Le Seigneur est ma force et mon chant, Le Seigneur est mon salut. Je ne mourrai pas, non, je vivrai, Je dirai l’oeuvre de Dieu.

Oui, c’est toi mon Dieu, je te rends grâce, Seigneur mon Dieu je t’exalte. Proclamez que le Seigneur est bon, Éternel est son amour !

  • Lecteur : 1ère station : la résurrection

« Pourquoi cherchez-vous le Vivant parmi les morts ?

Il n’est pas ici, il est ressuscité. Rappelez-vous ce qu’il vous a dit quand il était encore en Galilée :

“Il faut que le Fils de l’homme soit livré aux mains des pécheurs, qu’il soit crucifié et que, le troisième jour, il ressuscite.” » (Lc 24, 5-7)

Silence, ou phrase musicale (flûte, guitare …)

Un des participants allume un lumignon à la bougie et le place près du cierge pascal dans l'église ou de la croix fleurie en famille.

  • Lecteur : 2ème station : le tombeau vide

Le premier jour de la semaine, à la pointe de l’aurore, les femmes se rendirent au tombeau, portant les aromates qu’elles avaient préparés. Elles trouvèrent la pierre roulée sur le côté du tombeau. Elles entrèrent, mais ne trouvèrent pas le corps du Seigneur Jésus. (Lc 24, 1-3)

Silence, ou phrase musicale (flûte, guitare …)

Guide :

Prions.

Dieu notre Père, tu fais pour nous des merveilles.

Ce que tu promets, tu le fais.

Ton fils Jésus est ressuscité.

Ensemble, nous chantons :

Tous : Alléluia ! Alléluia ! Alléluia ! (bis)

  • Lecteur : 3ème station : apparition à Marie de Magdala

Marie Madeleine se tenait près du tombeau, au-dehors, tout en pleurs. Et en pleurant, elle se pencha vers le tombeau […] elle aperçoit Jésus qui se tenait là, mais elle ne savait pas que c’était Jésus. Jésus lui dit : « Femme, pourquoi pleures-tu ? Qui cherches-tu ? » Le prenant pour le jardinier, elle lui répond : « Si c’est toi qui l’as emporté, dis-moi où tu l’as déposé, et moi, j’irai le prendre. »

Jésus lui dit alors : « Marie ! » S’étant retournée, elle lui dit en hébreu : « Rabbouni ! », c’est-à-dire : Maître.

Jésus reprend : « Ne me retiens pas, car je ne suis pas encore monté vers le Père. Va trouver mes frères pour leur dire que je monte vers mon Père et votre Père, vers mon Dieu et votre Dieu. » (Jn 20, 11. 14b-17)

Silence, ou phrase musicale (flûte, guitare …)

Un des participants allume un lumignon à la bougie et le place près du cierge pascal dans l'église ou de la croix fleurie en famille.

  • Lecteur : 4ème station : sur le chemin d’Emmaüs

Le même jour, deux disciples faisaient route vers un village appelé Emmaüs, à deux heures de marche de Jérusalem, et ils parlaient entre eux de tout ce qui s’était passé.

Or, tandis qu’ils s’entretenaient et s’interrogeaient, Jésus lui-même s’approcha, et il marchait avec eux. Mais leurs yeux étaient empêchés de le reconnaître.

Jésus leur dit : « De quoi discutez-vous en marchant ? » Alors, ils s’arrêtèrent, tout tristes. (Lc24, 13-17)

Silence, ou phrase musicale (flûte, guitare …)

Guide :

Prions :

Dieu de miséricorde, tu es bon pour nous.

Jamais te ne t’éloignes de nous.

Ton fils Jésus marche à nos côtés.

Ensemble, nous chantons :

Tous : Alléluia ! Alléluia ! Alléluia ! (bis)

  • Lecteur : 5ème station : à la table d’Emmaüs

Quand ils approchèrent du village où ils se rendaient, Jésus fit semblant d’aller plus loin. Mais ils s’efforcèrent de le retenir : « Reste avec nous, car le soir approche et déjà le jour baisse. » Il entra donc pour rester avec eux.

Quand il fut à table avec eux, ayant pris le pain, il prononça la bénédiction et, l’ayant rompu, il le leur donna. Alors leurs yeux s’ouvrirent, et ils le reconnurent, mais il disparut à leurs regards.

Ils se dirent l’un à l’autre : « Notre coeur n’était-il pas brûlant en nous, tandis qu’il nous parlait sur la route et nous ouvrait les Écritures ? » (Lc 24, 28-32)

Silence, ou phrase musicale (flûte, guitare …)

Un des participants allume un lumignon à la bougie et le place près du cierge pascal dans l'église ou de la croix fleurie en famille.

  • Lecteur : 6ème station : au Cénacle

Le soir venu, en ce premier jour de la semaine, alors que les portes du lieu où se trouvaient les disciples étaient verrouillées par crainte des Juifs, Jésus vint, et il était là au milieu d’eux. Il leur dit : « La paix soit avec vous ! » Après cette parole, il leur montra ses mains et son côté. Les disciples furent remplis de joie en voyant le Seigneur. (Jn 20, 19-20)

Silence, ou phrase musicale (flûte, guitare …)

Guide :

Prions :

Dieu de miséricorde, tu fais pour nous des merveilles.

Tu nous partages le pain pour la route.

Tu nous donnes la paix pour vivre ensemble.

Ensemble, nous chantons :

Tous : Alléluia ! Alléluia ! Alléluia ! (bis)

  • Lecteur : 7ème station : acteurs de réconciliation

Jésus leur dit de nouveau : « La paix soit avec vous ! De même que le Père m’a envoyé, moi aussi, je vous envoie. » Ayant ainsi parlé, il souffla sur eux et il leur dit : « Recevez l’Esprit Saint. À qui vous remettrez ses péchés, ils seront remis ; à qui vous maintiendrez ses péchés, ils seront maintenus. » (Jn20, 21-23)

Silence, ou phrase musicale (flûte, guitare …)

Un des participants allume un lumignon à la bougie et le place près du cierge pascal dans l'église ou de la croix fleurie en famille.

  • Lecteur : 8ème station : Thomas

Huit jours plus tard, les disciples se trouvaient de nouveau dans la maison, et Thomas était avec eux. Jésus vient, alors que les portes étaient verrouillées, et il était là au milieu d’eux. Il dit : « La paix soit avec vous ! »

Puis il dit à Thomas : « Avance ton doigt ici, et vois mes mains ; avance ta main, et mets-la dans mon côté : cesse d’être incrédule, sois croyant. »

Alors Thomas lui dit : « Mon Seigneur et mon Dieu ! »

Jésus lui dit : « Parce que tu m’as vu, tu crois. Heureux ceux qui croient sans avoir vu. » (Jn20, 26-29) Silence, ou phrase musicale (flûte, guitare …)

Guide :

Prions :

Dieu de miséricorde, tu ne nous oublies jamais.

Tu comptes sur nous.

Tu fais de nous des croyants.

Ensemble, nous chantons :

Tous : Alléluia ! Alléluia ! Alléluia ! (bis)

  • Lecteur : 9ème station : au bord de la mer de Tibériade

Jésus se manifesta encore aux disciples sur le bord de la mer de Tibériade […]

Au lever du jour, Jésus se tenait sur le rivage, mais les disciples ne savaient pas que c’était lui.

Jésus leur dit : « Les enfants, auriez-vous quelque chose à manger ? » Ils lui répondirent : « Non. »

Il leur dit : « Jetez le filet à droite de la barque, et vous trouverez. » Ils jetèrent donc le filet, et cette fois ils n’arrivaient pas à le tirer, tellement il y avait de poissons.

Alors, le disciple que Jésus aimait dit à Pierre : « C’est le Seigneur ! » [… ]

Jésus leur dit alors : « Venez manger. » Aucun des disciples n’osait lui demander : « Qui es-tu ? » Ils savaient que c’était le Seigneur.

Jésus s’approche ; il prend le pain et le leur donne ; et de même pour le poisson. C’était la troisième fois que Jésus ressuscité d’entre les morts se manifestait à ses disciples. (Jn21, 1a. 4-7a. 12-14)

Silence, ou phrase musicale (flûte, guitare …)

Un des participants allume un lumignon à la bougie et le place près du cierge pascal dans l'église ou de la croix fleurie en famille.

  • Lecteur : 10ème station : Pierre

Quand ils eurent mangé, Jésus dit à Simon-Pierre : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment, plus que ceux-ci ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes agneaux. »

Il lui dit une deuxième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu vraiment ? » Il lui répond : « Oui, Seigneur ! Toi, tu le sais : je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le pasteur de mes brebis. » Il lui dit, pour la troisième fois : « Simon, fils de Jean, m’aimes-tu ? » Pierre fut peiné parce que, la troisième fois, Jésus lui demandait : « M’aimes-tu ? » Il lui répond : « Seigneur, toi, tu sais tout : tu sais bien que je t’aime. » Jésus lui dit : « Sois le berger de mes brebis. (Jn 21, 15-17)

Silence, ou phrase musicale (flûte, guitare …)

Guide :

Prions :

Dieu de miséricorde, tu te soucies de nous.

Tu nous rejoins sur les routes humaines.

Tu nous fais confiance.

Ensemble, nous chantons :

Tous : Alléluia ! Alléluia ! Alléluia ! (bis)

  • Lecteur : 11ème station : la mission des apôtres

Jésus s’approcha des Onze et leur adressa ces paroles : « Tout pouvoir m’a été donné au ciel et sur la terre.

Allez ! De toutes les nations faites des disciples : baptisez-les au nom du Père, et du Fils, et du Saint-Esprit, apprenez-leur à observer tout ce que je vous ai commandé. Et moi, je suis avec vous tous les jours jusqu’à la fin du monde. » (Mt 28, 18-20)

Silence, ou phrase musicale (flûte, guitare …)

Un des participants allume un lumignon à la bougie et le place près du cierge pascal dans l'église ou de la croix fleurie en famille.

  • Lecteur : 12ème station : l’Ascension

Jésus emmena les apôtres au dehors, jusque vers Béthanie ; et, levant les mains, il les bénit.

Or, tandis qu’il les bénissait, il se sépara d’eux et il était emporté au ciel.

Ils se prosternèrent devant lui, puis ils retournèrent à Jérusalem, en grande joie. (Lc 24, 50-52)

Silence, ou phrase musicale (flûte, guitare …)

Guide :

Prions :

Dieu de miséricorde, tu nous aimes.

Jamais tu ne nous oublies.

Tu nous confies l’Église.

Ensemble, nous chantons :

Tous : Alléluia ! Alléluia ! Alléluia ! (bis)

  • Lecteur : 13ème station : attente de l’Esprit saint

À leur arrivée à Jérusalem les apôtres montèrent dans la chambre haute où ils se tenaient habituellement ; c’était Pierre, Jean, Jacques et André, Philippe et Thomas, Barthélemy et Matthieu, Jacques fils d’Alphée, Simon le Zélote, et Jude fils de Jacques.

Tous, d’un même coeur, étaient assidus à la prière, avec des femmes, avec Marie la mère de Jésus, et avec ses frères. (Ac 1, 13-14)

Silence, ou phrase musicale (flûte, guitare …)

Un des participants allume un lumignon à la bougie et le place près du cierge pascal dans l'église ou de la croix fleurie en famille.

  • Lecteur : 14ème station : la Pentecôte

Quand arriva le jour de la Pentecôte, au terme des cinquante jours, ils se trouvaient réunis tous ensemble. Soudain un bruit survint du ciel comme un violent coup de vent : la maison où ils étaient assis en fut remplie tout entière. Alors leur apparurent des langues qu’on aurait dites de feu, qui se partageaient, et il s’en posa une sur chacun d’eux. Tous furent remplis d’Esprit Saint : ils se mirent à parler en d’autres langues, et chacun s’exprimait selon le don de l’Esprit. (Ac 2, 1-4)

Silence, ou phrase musicale (flûte, guitare …)

Guide :

Prions :

Dieu notre Père, tu fais pour nous des merveilles.

Ce que tu promets, tu le fais.

Ton nous envoies ton Esprit saint.

Ensemble, nous chantons :

Tous : Alléluia ! Alléluia ! Alléluia ! (bis)

Guide :

Ensemble, nous disons la prière que le Seigneur Jésus lui-même nous a apprise :

Notre Père, qui es aux cieux, que ton nom soit sanctifié, que ton règne vienne, que ta volonté soit faite sur la terre comme au ciel. Donne-nous aujourd’hui notre pain de ce jour.

Pardonne-nous nos offenses, comme nous pardonnons aussi à ceux qui nous ont offensés. Et ne nous laisse pas entrer en tentation mais délivre-nous du Mal.

Amen.

Bénédiction :

Guide :

Par l’intercession de saint N.,

patron de notre communauté de paroisses,

et de tous les saints et saintes de Dieu,

que le Dieu de l’Espérance nous donne

en plénitude la paix dans la foi

afin que l’espérance surabonde en nous

par la puissance de l’Esprit Saint.

A lui la gloire pour les siècles des siècles !

Tous : Amen.

Guide : Bénissons le Seigneur !

Tous : Nous rendons grâce à Dieu.

liturgie-diocese-alsace.org/

Décès de Monsieur l'abbé Guy LEEMANS,

le samedi 20 février 2021

Monsieur l'abbé Guy LEEMANS est né à Givry le 13 septembre 1942 et ordonné prêtre à Namur le 16 juillet 1967.

La liturgie des funérailles sera célébrée en l'église paroissiale de Givry le mercredi 24 février 2021 dans l'intimité.

Seigneur, nous te remercions pour notre abbé Guy Leemans, pour la grâce de son ministère sacerdotal en souvenir de chaque moment passé ensemble.

Nous contemplons dans sa mort, Seigneur, ta Résurrection et malgré la tristesse, comme signe de ton immense amour, que ta bénédiction puisse descendre sur nous et notre prière monter au ciel en communion fraternelle avec l’abbé Guy.

Voici une lettre d'hommage à l'abbé Guy Leemans , écrite par Mme Francine Defèche au nom de toute la communauté paroissiale de Bouillon et Sensenruth.

« C'est avec une profonde tristesse que j'ai appris le dimanche matin 21 février le décés de l'abbé Guy Lee mans survenu la veille.

Le 23 avril 2017, une messe a été célébrée au Château-Fort de Bouillon en l'honneur de Ste Ide d'Ardenne. Comme l'abbé Guy était un historien, c'est donc lui qui a célébré cette messe. C'est à partir ce ce moment que j'ai appris à le connaître.

En octobre 2018, nous sommes allés en Italie. Tout d'abord à San Damiano, Notre Dame des roses. Ensuite sur les traces de Padre Pio à Pietralcina et à San Giovanni Rotondo où l'abbé Guy a célébré une messe. Il était si heureux de revenir avec une statue de Padre Pio. Sur le chemin du retour, nous sommes allés à Assise, la ville de Saint François et à Padoue, la ville de Saint Antoine. Un beau pélerinage où j'ai eu personnellement l'occasion d'apprécier l'abbé Guy pour sa bonne humeur, mais aussi sa profondeur. En mai 2019, nous avons eu le bonheur d'aller en Paraguay pour visiter le pays de notre vicaire, l'abbé Santiago. Hélas ! L'abbé Guy a eu quelques problemes de santé, ce qui ne lui enlevait rien à sa gentillesse. Notre guide a été d'un grand dévouement envers lui, il lui en a toujours été reconnaissant. Là aussi, il était si heureux de rentrer en Belgique avec une belle crèche du Paraguay. Habitant à Bouillon, j'ai eu l'occasion d'aller souvent lui rendre visite au home « Sérénia » et c'était toujours une joie et un bon moment de se retrouver pour l'un comme pour l'autre. Et puis, les circostances ont fait qu'il a dû quitter Bouillon, au grand regret de beaucoup de personnes. Les paroissiens qui participaient à ses offices ont toujours appréciés ses homélies.

J'ai eu la chance de pouvoir lui téléphoner lors de son séjour en clinique en janvier dernier, mais depuis son retour au home à Bastogne, ça n'a plus été possible. Pourquoi ???

« Pauvre abbé Leemans, vous ne méritiez pas de mourir dans l'ennui et la solitude. Je garderai toujours un si bon souvenir de nos voyages et de nos rencontres. Je suis heureuse d'avoir pu passé ensemble de si bon moments, moments joyeux, mais aussi très profonds.

Au revoir et merci Guy ».

Mme Francine Defèche,

de la communauté paroissiale de Bouillon

Adoration eucharistique

Adoration eucharistique

Nous voulons vous informer qu’à partir du mois de décembre,

l’adoration eucharistique aura lieu

les jeudis de 17h à 18h à Noirefontaine suivi de la messe.

Et nous profitons de l’occasion pour renouveler l’invitation à passer du temps avec notre Seigneur et déposer vos soucis.

« Venez à moi vous tous qui peinez sous le poids du fardeau, et moi, je vous procurerai le repos »

Mt 11,28

admin